Un habitat
pour un quotidien durable


Au-delà des modalités de construction, c’est la conception même de la ville que fait évoluer la démarche d’habitat durable. Pour preuve les ambitions du projet d’aménagement Val Vert Croix Blanche : sobriété énergétique, récupération des eaux de pluie, mais aussi intégration architecturale des bâtiments, limitation de la circulation automobile et promotion d’un cadre de vie apaisé. Avec l’habitat durable, le bien-être humain redevient central.

Un nouvel urbanisme pour une ville durable

Alors que les débats sur le réchauffement climatique ne cessent de prendre de l’ampleur, à l’échelle nationale, européenne et internationale, nombreux sont aujourd’hui les urbanistes et architectes qui proposent une nouvelle approche de la construction urbaine. Qu’il s’agisse de l’organisation spatiale des villes ou du choix des matériaux, tout est fait pour non seulement limiter les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi initier de nouveaux modes de vie, moins énergivores.

Ainsi se dessine une tendance à la densification urbaine, qui vise à limiter les déplacements domicile/travail et qui permet aussi, en regroupant l’habitat, de mieux le desservir en transports en commun. C’est autant de pollution évitée !

Cette densification des espaces ne se fait cependant pas au détriment des espaces verts, qui retrouvent leur place aujourd’hui dans les quartiers : indispensable au bien-être, ils sont aussi préservés par souci de respect des équilibres écologiques et pour qu’urbanité rime avec biodiversité.

Conformément aux trois principes fondateurs du développement durable, la ville durable ne se fixe pas seulement des objectifs écologiques, elle vise aussi une plus grande efficacité économique et la mise en place de nouvelles relations sociales, plus solidaires.

C’est une démarche de long terme, qui exige des investissements, mais aussi des changements d’habitudes et de mentalités. Le projet Val Vert Croix Blanche entend intervenir sur tous ces fronts.

Zoom sur la transition énergétique

Comme les transports, l’habitat fait partie des principaux secteurs d’activité appelés à participer à la transition énergétique que les sociétés du 21ème siècle sont aujourd’hui tenues d’amorcer.
La concrétisation des principes de l’éco-construction, dont la Cité Val Vert fera la promotion, contribuera :

  • à réduire les consommations d’énergie fossile et les émissions de gaz à effet de serre,
  • ou encore à augmenter la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie, comme le stipule le projet de loi sur la transition énergétique et pour la croissance verte.

En cours d’examen au parlement, ce texte, qui devrait être adopté courant 2015, fixe des objectifs ambitieux, en termes de rénovation de l’habitat notamment : l’ensemble du parc immobilier devra ainsi répondre aux normes BBC (bâtiment basse consommation) d’ici à 2050.

Parole de l’expert

Oriane Auchapt, ingénieur d’études, associée à la conception du site VVCB.

« Il faut trouver un nouvel équilibre entre nos aspirations au confort, qui sont légitimes, et la prise en compte responsable des impacts de nos modes de vie et de consommation sur notre environnement. Un site comme Val Vert Croix Blanche a vocation à faire prendre conscience au grand public de ces enjeux. On y fera la démonstration qu’adopter une démarche durable, ce n’est pas retourner à l’âge de pierre : c’est vivre dans un environnement agréable, où les nuisances sont limitées. »

CONCEVOIR UN PROJET

  1. Un conseil technique
    Avoir une aide concrète, pratique et technique concernant la maîtrise de ses consommations d’énergie (chauffage, isolation, éclairage) et le recours possible aux énergies renouvelables (solaire, géothermie, biomasse…) pour la construction, la rénovation ou la réduction des dépenses énergétiques.
  2. Un conseil architectural
    Être guidé en amont du projet sur les aspects architecturaux et paysagers, ou encore concernant l’organisation intérieure de votre logement.
  3. Un conseil en urbanisme
    Être orienté et conseillé lors des démarches obligatoires relatives à des travaux, auprès du service d’urbanisme de sa commune : isolation par l’extérieur, pose de panneaux solaires par exemple.
  4. Un conseil juridique
    Conseil personnalisé dans le domaine juridique, financier ou fiscal sur toutes les questions relatives à l’habitat. Cette information avant tout préventive, permet à l’usager de mieux connaître ses droits, ses obligations et les solutions adaptées à son cas.
  5. Un conseil financier
    Être aidé sur le diagnostic de ses dépenses énergétiques et sur les économies pouvant être réalisées.
  6. Des conseils
    destinés aux propriétaires engagés dans un programme d’amélioration durable de l’habitat.

3 questions pour nous dire comment nous pouvons faire pour se doter d’un habitat durable

L’éco-construction préconise plusieurs principes, que la Cité Val Vert ne manquera pas de détailler.

1-Quelles questions préliminaires devenons-nous nous poser ?

Sachez, déjà, que tout commence par le choix du terrain et l’implantation de la construction : selon l’orientation choisie, on peut en effet plus ou moins tirer partie de l’ensoleillement, pour limiter le chauffage en hiver, ou au contraire s’en protéger, pour éviter d’avoir à climatiser certaines pièces, l’été.

Dès la conception, c’est aussi le mode de chauffage ou encore les circuits d’eau qu’il faut anticiper, puisque la mise en place d’un système de géothermie ou de panneaux solaires pour chauffer l’eau chaude sanitaire se prévoit en amont de la pose de la première pierre.

2-Quels matériaux devons-nous utiliser ?

C’est ensuite le choix des matériaux qui fait la différence : si leur performance énergétique varie, c’est aussi leur composition et leur origine que questionne la démarche de construction d’un habitat durable : certains matériaux, tels que la laine de bois, le béton de chanvre ou la paille compressée, sont ainsi dits « bio-sourcés » ; ce qui signifie qu’ils sont issus de la biomasse d’origine végétale ou animale et que leur fabrication a un impact environnemental plus faible que les matériaux classique de construction.

3-Quelles possibilités de réhabilitation avons-nous ?

Etanchéité, isolation, sobriété thermique, intégration architecturale (etc.), les ambitions de l’habitat durable ne sont pas exclusivement réservées à la construction neuve ; elles peuvent également motiver des projets de rénovation, qui viseront toutefois des niveaux moindres de performance. L’agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (ANAH) accorde d’ailleurs des aides aux propriétaires.

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!